Lorsque l’on apprend une langue, évaluer ses connaissances et son propre niveau n’est pas toujours évident. Une de mes professeures d’espagnole à l’université de Paris nous disait souvent que si l’on connaissait le mot « éventail » dans la langue d’apprentissage, c’est que l’on était bilingue. A chacun sa technique. Mais plus concrètement, certains test existent et permettent de certifier votre niveau et ainsi de garantir à vos futurs collaborateurs que vous possédez un certain niveau dans une langue donnée. Mais bien que ces tests soient reconnus au niveau international, leur caractère souvent « scolaire », avec de nombreuses annales permettant de prévoir les questions et de s’entraîner aux exercices récurrents, ne reflètent pas forcement le niveau des candidats. En effet, il est facile d’obtenir une note correcte avec un entraînement ciblé juste avant la session.

Alors comment savoir si notre niveau de langue est de l’ordre du B2 ou du C1, du A1 ou plutôt du B1 ?

Tout est une question d’image ! En effet, les nuances d’une langue résident dans les expressions figées, ces expressions que les natifs utilisent sans même y prêter attention. Formules, dictons, expressions… Elles transmettent la culture du pays, colore la langue ainsi que les propos de l’orateur. Elles font partie de l’héritage linguistique du pays : elles évoluent avec le temps, en disparaissant ou en naissant au fil des générations. S’il l’on se penche un peu plus sur la question, nous pouvons remarquer que de nombreuses expressions sont identiques d’une langue à l’autre. Mais dans certains cas, l’image transmise n’est pas la même. Prenons par exemple l’expression « marcher sur des œufs ». Littéralement, cela donnerait « andar en huevos » en espagnol. Mais si vous vous exprimez ainsi, les natifs risquent de ne pas vous comprendre. L’expression équivalente en espagnol serait « andar con pies de plomo », soit en français « marcher avec des pieds de plomb » !

Ainsi, les expressions figées sont tout aussi importantes que le vocabulaire basique lorsque vous apprenez une langue étrangère, elles rendent votre discours plus vivant et témoignent de votre maîtrise de la langue.

Vous trouverez ci-après quelques métaphores montrant des disparités entre les expressions françaises et espagnoles.

Tourner autour du pot=andarse por las ramas

Il y a anguille sous roche=aqui hay gato encerrado

Chercher des poux=buscar las cosquillas

Pleuvoir des cordes=caer chuzos de punta

Tomber des nues=caer en la cuenta

Capharnaüm: cajón de sastre

Retourner sa veste= cambiar de chaqueta

Dire ses quatre vérités à quelqu’un=cantarle las cuarenta

Quand les poules auront des dents=cuando las ranas críen pelo/cuando las vacas vuelen

Cirrer les pompes=dar jabon

Mettre de l’huile sur le feu=echar leña al fuego

Donner un coup de main=echar un capote

grammaireBeaucoup d’étrangers vous diront que le français est une langue très difficile à apprendre. Un français vous dira qu’il est bien content d’être natif français pour ne pas à avoir à apprendre cette langue en tant que langue étrangère.

Comme dans tous les autres pays, un étranger arrivant en France doit déjà s’adapter à la zone dans laquelle il se trouve. Il doit s’habituer à entendre les accents différents de chacune des régions françaises. Par exemple, un étranger arrivant en Bretagne découvrira un accent différent qu’un autre étranger voyageant dans le Sud de la France. Ainsi, la compréhension orale peut déjà poser des problèmes aux étrangers. Mais les véritables problèmes viennent surtout de l’écrit. La langue française répertorie un très grand nombre de règles grammaticales pouvant poser problème à un étranger comme à un propre français.

Les difficultés les plus récurrentes sont les suivantes :

  • D’un point de vue grammatical, il est vrai que la langue française possède un très grand nombre de verbes irréguliers qui posent problème pour les étrangers, voire même pour les français. Même le présent de l’indicatif est difficile, par exemple, le verbe « manger » prend un « e » à la première personne du pluriel : Nous mangeons, alors que les autres ne prennent pas.
  • Le français possède plusieurs accents qui ne sont pas forcément différenciés à l’oral. Par exemple, deux mots peuvent avoir deux façons différentes de s’écrire suivant le contexte  mais avoir la même http://espfarmacia.com/viagra/ prononciation: votre / vôtre, mur / mûr, la / là…
  • Les accords en français sont toujours très difficiles même pour un natif. Par exemple, le participe passé des verbes conjugués avec l’auxiliaireavoir ne s’accorde jamais avec le sujet : il est invariable si aucun complément d’objet direct (COD) ne le précède. Cependant si un COD précède le verbe avoir, alors il s’accorde en genre et en nombre.
  • En ce qui concerne la prononciation, dans la langue française il y a un réel problème pour tout étranger confondu quand il veut lire un texte ou parler à l’oral : les lettres muettes. Il est vrai que le français ne prononce pas toutes ses consonnes, de plus il n’y a pas forcément de règles précises à ce sujet-là. Ainsi, par exemple, il est très difficile d’expliquer à un étranger que pour le mot « temps » il ne doit pas prononcer le « p » ni le « s ».Il y a plein d’exemples comme haut, vœux, tabac…

Ceci n’est qu’une fine partie des difficultés de la langue française pour un étranger. Pour bien parler le français il est important de maîtriser cette langue sur le bout des doigts.

L’agence de traduction Tele World Linguistic Services réalise des travaux de traduction, d’interprétation, de localisation, transcription, de sous-titrage mais aussi de révision, grâce à nos meilleurs traducteurs, et vous garantit des travaux de grande qualité grâce à une parfaite maîtrise du français et de plus de 140 langues.