Le sous-titrage peut être défini comme de la traduction audiovisuelle, c’est-à-dire, de la traduction cinématographique, de documentaires,… Il consiste à mettre un texte en bas de l’image, à traduire les paroles prononcées d’un film, d’une série ou d’un documentaire. En d’autres termes, le sous-titrage c’est l’apparition de la traduction en bas de l’écran.

Cependant le traducteur, ou bien le sous-titreur ne doit pas seulement traduire le contenu textuel mais également s’appuyer sur l’image et le son dans un temps et un espace déterminés. Le sous-titrage ne doit pas dépasser deux lignes sur l’écran et un certain nombre de caractères. Le temps des sous-titres par image est limité, c’est-à-dire qu’il est basé sur une vitesse moyenne de lecture du « téléspectateur ». Les sous-titres doivent également avoir une synchronisation avec le son ; c’est ce qu’on appelle du « repérage ». Il faut respecter les changements de plan et de scène. L’adaptation d’un film ou d’un documentaire nécessite un travail très rigoureux. Il peut se diviser en 4 phases :

  • Le repérage, comme nous l’avons précisé ci-dessus, c’est la synchronisation avec le son ;
  • La traduction des paroles en sous-titres en bas de l’écran ;
  • La simulation c’est la vérification. Elle consiste à vérifier si les sous-titres collent avec l’image, s’ils se lisent naturellement ;
  • La correction permet de réajuster le texte.

Le sous-titreur doit respecter plusieurs règles afin d’arriver à un résultat final de très haute qualité :

  • Il doit donc respecter le nombre de caractères pour un temps donné car, sinon, le lecteur peut rencontrer des difficultés en lisant les sous-titres ;
  • Il ne doit pas dépasser la longueur imposée pour le texte, il ne doit pas surcharger les sous-titres ;
  • Il ne doit pas enchaîner les sous-titres trop rapidement ;
  • Il doit respecter un rythme afin que la lecture des sous-titres soit confortable.

Le sous-titreur doit, avant tout, penser au lecteur. Le lecteur ne doit pas uniquement se concentrer sur les sous-titres, il doit pouvoir regarder les images et lire le texte naturellement.

Tele World Linguistic Services et son équipe de traducteurs spécialisés dans ce domaine vous propose ses services de sous-titrage et vous garantit un travail de très haute qualité dans la langue souhaitée. Nous vous rappelons que nous traduisons dans plus de 140 langues.

Nuevo-LogoLe portugais est la cinquième langue la plus parlée dans le monde. De fait, elle n’est pas seulement parlée au Portugal, en raison de son histoire coloniale. En effet, l’empire portugais a colonisé le Brésil et certains pays d’Afrique (Angola, Mozambique, Guinée-Bissau, îles du Cap-Vert, îles de Saõ Tomé et Principe). Il y a donc huit pays pour lesquels la langue officielle est le portugais.

On compte aujourd’hui plus de 200 millions de lusophones. On parle de “lusophones” puisque le Portugal fut une province romaine que l’on appelait Lusitanie. Le nombre de lusophones est plutôt important. Toutefois, on remarquera que cette importance est due à la population nombreuse du Brésil.

Il s’agit donc d’une langue latine et elle a pour ancêtre le galaïco-portugais. Le portugais et le galicien se sont néanmoins peu à peu différenciés et le portugais a fini par s’imposer dans le sud.

En ce qui concerne la présence du portugais en Asie, on observe plus que quelques ilôts dans http://espfarmacia.com/levitra/ lesquels la langue portugaise persiste.

Ce n’est pas seulement une langue d’émigration. En effet, il s’agit d’une langue qui a un grand potentiel économique et culturel, bien que certains sous-estiment aujourd’hui son importance.

Les pays lusophones ont d’ailleurs créé la CPLP (Communauté des pays de langue portugaise) en 1996. Depuis sa création, la communauté a déjà participé à des actions décisives pour plusieurs États. Elle a notamment éviter certains coups d’États et favorisé l’installation de régimes démocratiques.

L’importance de la langue portugaise rend donc nécessaires les travaux de traductions ou d’interprétation.

Télé World Linguistic Services, agence de traduction et d’interpréation basée à Barcelone est là pour faciliter la communication entre les langues, que ça soit de la langue portugaise vers d’autres langues ou inversement.

Nous réalisons ces travaux de traduction, d’interprétation, de localisation, transcription, de sous-titrage mais aussi de révision, grâce à nos meilleurs traducteurs, et vous garantissons des travaux de grande qualité.

N’hésitez pas à nous contacter pour de plus amples informations.

Nuevo-LogoEl portugués es la quinta lengua más hablada en el mundo. El imperio portugués colonizó Brasil y algunos países de África (Angola, Mozambique, Guinea-Bissau, islas de Cabo Verde, islas de Santo Tomé y Príncipe). En total ocho países cuyo idioma oficial es el portugués.

Hoy día contamos más de 200 millones de lusófonos. Hablamos de “lusófonos” ya que el Portugal fue una provincia romana llamada Lusitania.

El portugués es una lengua románica y proviene el galaico-portugués. Sin embargo, el portugués y el gallego se diferenciaron poco a poco y el portugués http://comprar-ed.com/cialis.html terminó por imponerse en el sur de dicha región.

Se trata pues, de un idioma con un gran potencial económico y cultural, a pesar de que actualmente algunos, equivocadamente, subestimen su importancia.

Cabe observar la creación, por parte de los propios países lusófonos, de la CPLP (Comunidad de los países de lengua portuguesa) en 1996. Desde su creación, la comunidad ha participado en acciones decisivas para varios Estados. Impidió particularmente algunos golpes de Estados y favoreció la instalación de regímenes democráticos.

 

 

 

Nuevo-LogoWenn man sich heutzutage mit dem Erlernen einer neuen Fremdsprache beschäftigen will, kann es manchmal ziemlich nützlich sein, beim Anschauen eines Filmes den Untertitel in der entsprechenden anderen Sprache einzuschalten. In zahlreichen wissenschaftlichen Untersuchungen, die sie gemacht hatten, fanden Forscher heraus, dass es für das Erlernen einer neuen Sprache von unschätzbarem Vorteil sein kann, anderssprachige Filme nicht nur in der ursprünglichen Fassung, sondern vor allem auch mit dem Untertitel in der jeweiligen Fremdsprache anzusehen.

Dies führt dazu, dass der Zuschauer sich intensiver mit der anderen Sprache befasst und diese dadurch effektiver lernt. Wenn man dagegen den Untertitel in der Muttersprache mitlaufen lässt, kann es schnell passieren, dass die eigene Konzentration von der Fremdsprache weggelenkt wird.

Diese Hypothese wurde von den Forschern des Max-Planck-Instituts für Psycholinguistik in Nijmegen aufgestellt, nachdem sie niederländischen Probanden einen englischsprachigen Film zeigten, der jeweils eine Version mit einem schottischen und mit einem australischen Akzent hatte. Dazu gab es drei Arten von Untertiteln: einen niederländischen, einen englischen und gar keinen Untertitel.

Die Studie führte zu dem Ergebnis, dass diejenigen Probanden, welche den Untertitel in ihrer Muttersprache mitlasen, am Ende bei den Tonaufnahmen, die ihnen vorgespielt wurden, am schlechtesten abschnitten, da sie abgelenkt waren und sich somit nicht mehr an den Sinn und an den Inhalt der Filmausschnitte erinnern konnten, während die Probanden, die den englischen Untertitel mitlasen, besser verstanden hatten, um was es in den entsprechenden Filmausschnitten eigentlich ging und deshalb auch besser dazu in der Lage waren, die Handlung und den Zusammenhang der einzelnen Filmszenen nachzuvollziehen.