En su libro Start with Why Simon Sinek argumenta que para que las personas y empresas se mantengan alineadas con sus objetivos deben comenzar por preguntarse el por qué lo hacen, para seguir con el el cómo y el qué solo cuando tengan el primero bien delimitado.

Hace unos años que se considera que toda empresa debe publicar cuáles son su misión y su visión. Dice Sinek, y lo comparto, que dichas argumentaciones pueden no ser más que palabras vacías si no se aclara primero el por qué se existe.

Aquí es cuando llego a nuestro propio porqué. ¿Por qué hace cinco años fundamos una agencia de servicios lingüísticos en lugar de cualquier otro negocio?¿Por qué quisimos ser un factor más en un sector muy competitivo y con márgenes de beneficio bastante reducidos? Porque se trataba de nuestro campo de especialización. El lugar donde aplicar conocimientos obtenidos durante años de experiencia. Para crear para nosotros mismos y para nuestros empleados un empleo donde ser realmente buenos. Aquí vienen el cómo y el qué. Prestamos servicios lingüísticos: traducción, interpretación, subtitulación. ¿Cómo? En la manera en que nos gustaría que una agencia como la nuestra lo hiciera si estuvieramos en el lugar del traductor por cuenta propia (respetando su trabajo, pagando tarifas justas a tiempo) o del cliente (asesorándole antes de realizar el encargo, potenciando sus textos para que logre el objetivo para el que han sido redactados).

Karin Blanco

Cofundadora

En France, beaucoup pensent que le métier de traducteur n’en est pas vraiment un. « Il suffit de maîtriser une langue », dira-t-on. Ou encore « les personnes bilingues ou ayant de bonnes bases ont toutes les qualités requises pour traduire n’importe quel texte ».

Alors qu’en est-il vraiment ? Les qualités et compétences du traducteur sont multiples et surtout, elles ne sont pas innées. Il faut avant tout être précis, avoir le sens du détail et s’armer de patience. En effet, un traducteur professionnel ne choisit pas ses mots comme bon lui semble, ou parce-que « ça sonne bien », mais il cible une traduction adéquate et recherche des équivalents selon le niveau de langue, l’origine géographique du texte, ou encore le domaine. Ensuite, un traducteur doit être attentif à ce qui l’entoure et être un minimum curieux. Les domaines http://espfarmacia.com traités sont nombreux et souvent très spécialisés. Un traducteur assermenté n’aura pas les mêmes connaissances qu’un traducteur technique spécialisé en ingénierie aéronautique par exemple. Pour être en mesure de traduire de tels documents, il faut avant tout les comprendre et ce, dans leurs moindres détails. Le traducteur accompagne donc les auteurs, employés, scientifiques, juristes, etc, dans leur travail afin de s’imprégner de leur spécialité. On pourrait donc assimiler le traducteur à un caméléon, qui serait capable de s’adapter à chaque nouvel environnement, accumulant un nombre d’informations significatif. Le traducteur est un expert dans ses langues de travail et un linguiste polyvalent.

Si vous avez besoin d’un traducteur en français, vous pouvez contacter l’agence Tele World Linguistic Services au numéro 0034 931 861 437. Pour plus d’information veuillez visiter notre page web www.teleworldservices.com

Souvent appelées langues mortes ou langues anciennes, le latin et le grec, pourtant enseignés depuis le mois de septembre 1996 dans les collèges et les lycées français, pourraient bien déserter les bancs de l’école. En effet, la réforme des collèges de Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Education nationale française, prévoit d’inclure ces enseignements au sein du français. Quelles seront les conséquences pour les élèves ? Ce changement impliquerait un appauvrissement des connaissances orthographiques, sémantiques et étymologiques. En effet, le latin et le grec sont à l’origine du français et de bien d’autres langues, puisque 70% des mots ont une origine latine. Une connaissance de ces langues permettrait donc de comprendre et de déduire la signification de la langue de Molière. Il a été constaté que les élèves qui suivent cet enseignement au collège (ils représentent 20% des collégiens) avaient plus de facilité dans les autres matières : le français bien sûr, mais également l’histoire, la géographie et les langues étrangères, puisque l’italien, l’espagnol ou encore l’anglais ont un passé commun. L’apprentissage du latin et du grec est donc un bon moyen de s’ouvrir aux autres langues et aux autres cultures.

Cette connaissance des langues anciennes semble également être un avantage non-négligeable pour de nombreux métiers, et ne sert pas seulement à devenir professeur ou enseignant-chercheur : on pense bien-sûr à la communauté des linguistes, mais également aux botanistes, pharmaciens, juristes… La réflexion sémantique affutée qu’elle induit, ainsi que les processus de logique et de déduction peuvent s’avérer utiles dans de nombreuses situations.

Et n’oubliez pas, Quidquid discis, tibi discis [1] !

[1] Quoi que tu apprennes, tu l’apprends pour toi-même

Lorsque l’on apprend une langue, évaluer ses connaissances et son propre niveau n’est pas toujours évident. Une de mes professeures d’espagnole à l’université de Paris nous disait souvent que si l’on connaissait le mot « éventail » dans la langue d’apprentissage, c’est que l’on était bilingue. A chacun sa technique. Mais plus concrètement, certains test existent et permettent de certifier votre niveau et ainsi de garantir à vos futurs collaborateurs que vous possédez un certain niveau dans une langue donnée. Mais bien que ces tests soient reconnus au niveau international, leur caractère souvent « scolaire », avec de nombreuses annales permettant de prévoir les questions et de s’entraîner aux exercices récurrents, ne reflètent pas forcement le niveau des candidats. En effet, il est facile d’obtenir une note correcte avec un entraînement ciblé juste avant la session.

Alors comment savoir si notre niveau de langue est de l’ordre du B2 ou du C1, du A1 ou plutôt du B1 ?

Tout est une question d’image ! En effet, les nuances d’une langue résident dans les expressions figées, ces expressions que les natifs utilisent sans même y prêter attention. Formules, dictons, expressions… Elles transmettent la culture du pays, colore la langue ainsi que les propos de l’orateur. Elles font partie de l’héritage linguistique du pays : elles évoluent avec le temps, en disparaissant ou en naissant au fil des générations. S’il l’on se penche un peu plus sur la question, nous pouvons remarquer que de nombreuses expressions sont identiques d’une langue à l’autre. Mais dans certains cas, l’image transmise n’est pas la même. Prenons par exemple l’expression « marcher sur des œufs ». Littéralement, cela donnerait « andar en huevos » en espagnol. Mais si vous vous exprimez ainsi, les natifs risquent de ne pas vous comprendre. L’expression équivalente en espagnol serait « andar con pies de plomo », soit en français « marcher avec des pieds de plomb » !

Ainsi, les expressions figées sont tout aussi importantes que le vocabulaire basique lorsque vous apprenez une langue étrangère, elles rendent votre discours plus vivant et témoignent de votre maîtrise de la langue.

Vous trouverez ci-après quelques métaphores montrant des disparités entre les expressions françaises et espagnoles.

Tourner autour du pot=andarse por las ramas

Il y a anguille sous roche=aqui hay gato encerrado

Chercher des poux=buscar las cosquillas

Pleuvoir des cordes=caer chuzos de punta

Tomber des nues=caer en la cuenta

Capharnaüm: cajón de sastre

Retourner sa veste= cambiar de chaqueta

Dire ses quatre vérités à quelqu’un=cantarle las cuarenta

Quand les poules auront des dents=cuando las ranas críen pelo/cuando las vacas vuelen

Cirrer les pompes=dar jabon

Mettre de l’huile sur le feu=echar leña al fuego

Donner un coup de main=echar un capote

Le sous-titrage peut être défini comme de la traduction audiovisuelle, c’est-à-dire, de la traduction cinématographique, de documentaires,… Il consiste à mettre un texte en bas de l’image, à traduire les paroles prononcées d’un film, d’une série ou d’un documentaire. En d’autres termes, le sous-titrage c’est l’apparition de la traduction en bas de l’écran.

Cependant le traducteur, ou bien le sous-titreur ne doit pas seulement traduire le contenu textuel mais également s’appuyer sur l’image et le son dans un temps et un espace déterminés. Le sous-titrage ne doit pas dépasser deux lignes sur l’écran et un certain nombre de caractères. Le temps des sous-titres par image est limité, c’est-à-dire qu’il est basé sur une vitesse moyenne de lecture du « téléspectateur ». Les sous-titres doivent également avoir une synchronisation avec le son ; c’est ce qu’on appelle du « repérage ». Il faut respecter les changements de plan et de scène. L’adaptation d’un film ou d’un documentaire nécessite un travail très rigoureux. Il peut se diviser en 4 phases :

  • Le repérage, comme nous l’avons précisé ci-dessus, c’est la synchronisation avec le son ;
  • La traduction des paroles en sous-titres en bas de l’écran ;
  • La simulation c’est la vérification. Elle consiste à vérifier si les sous-titres collent avec l’image, s’ils se lisent naturellement ;
  • La correction permet de réajuster le texte.

Le sous-titreur doit respecter plusieurs règles afin d’arriver à un résultat final de très haute qualité :

  • Il doit donc respecter le nombre de caractères pour un temps donné car, sinon, le lecteur peut rencontrer des difficultés en lisant les sous-titres ;
  • Il ne doit pas dépasser la longueur imposée pour le texte, il ne doit pas surcharger les sous-titres ;
  • Il ne doit pas enchaîner les sous-titres trop rapidement ;
  • Il doit respecter un rythme afin que la lecture des sous-titres soit confortable.

Le sous-titreur doit, avant tout, penser au lecteur. Le lecteur ne doit pas uniquement se concentrer sur les sous-titres, il doit pouvoir regarder les images et lire le texte naturellement.

Tele World Linguistic Services et son équipe de traducteurs spécialisés dans ce domaine vous propose ses services de sous-titrage et vous garantit un travail de très haute qualité dans la langue souhaitée. Nous vous rappelons que nous traduisons dans plus de 140 langues.

L’espagnol, également appelé le castillan, est la langue officielle de 22 pays : L’Espagne, tous les pays d’Amérique Latine (sauf le Brésil) et la Guinée Equatorial. Plus de 550 millions de personnes parlent cette langue dans le monde entier et ce chiffre ne cesse d’augmenter. De plus, environ 470 millions de personnes la parlent comme langue maternelle.

L’espagnol devient alors la troisième langue la plus parlée après le mandarin et l’anglais. Cependant, c’est la deuxième langue de communication après l’anglais, ainsi, il est important d’apprendre l’espagnol car cela peut ouvrir des portes vers des entreprises.

Le fait de traduire dans plusieurs langues est très important car cela développe la communication et l’échange des cultures au travers de ces traductions. La langue http://remoandaluz.es/servicio-medico/sin-receta-viagra espagnole est l’une des langues les plus traduites.

La culture espagnole est l’une des plus riches et voyage dans le monde entier (la littérature, le cinéma, la musique…). De plus, l’espagnol est la troisième langue la plus utilisée sur internet. Le tourisme et le commerce sont des exemples d’actifs économiques du pays. Cette langue est également très utilisée dans le milieu scientifique.

Tele World Linguistic Services, agence implantée à Barcelone en plus de Berlin et Istanbul, est entourée d’une équipe maîtrisant parfaitement l’espagnol. L’agence vous propose des traductions dans tous les domaines évoqués ci-dessus ainsi que dans d’autres secteurs et cela dans plus de 140 langues.

grammaireBeaucoup d’étrangers vous diront que le français est une langue très difficile à apprendre. Un français vous dira qu’il est bien content d’être natif français pour ne pas à avoir à apprendre cette langue en tant que langue étrangère.

Comme dans tous les autres pays, un étranger arrivant en France doit déjà s’adapter à la zone dans laquelle il se trouve. Il doit s’habituer à entendre les accents différents de chacune des régions françaises. Par exemple, un étranger arrivant en Bretagne découvrira un accent différent qu’un autre étranger voyageant dans le Sud de la France. Ainsi, la compréhension orale peut déjà poser des problèmes aux étrangers. Mais les véritables problèmes viennent surtout de l’écrit. La langue française répertorie un très grand nombre de règles grammaticales pouvant poser problème à un étranger comme à un propre français.

Les difficultés les plus récurrentes sont les suivantes :

  • D’un point de vue grammatical, il est vrai que la langue française possède un très grand nombre de verbes irréguliers qui posent problème pour les étrangers, voire même pour les français. Même le présent de l’indicatif est difficile, par exemple, le verbe « manger » prend un « e » à la première personne du pluriel : Nous mangeons, alors que les autres ne prennent pas.
  • Le français possède plusieurs accents qui ne sont pas forcément différenciés à l’oral. Par exemple, deux mots peuvent avoir deux façons différentes de s’écrire suivant le contexte  mais avoir la même http://espfarmacia.com/viagra/ prononciation: votre / vôtre, mur / mûr, la / là…
  • Les accords en français sont toujours très difficiles même pour un natif. Par exemple, le participe passé des verbes conjugués avec l’auxiliaireavoir ne s’accorde jamais avec le sujet : il est invariable si aucun complément d’objet direct (COD) ne le précède. Cependant si un COD précède le verbe avoir, alors il s’accorde en genre et en nombre.
  • En ce qui concerne la prononciation, dans la langue française il y a un réel problème pour tout étranger confondu quand il veut lire un texte ou parler à l’oral : les lettres muettes. Il est vrai que le français ne prononce pas toutes ses consonnes, de plus il n’y a pas forcément de règles précises à ce sujet-là. Ainsi, par exemple, il est très difficile d’expliquer à un étranger que pour le mot « temps » il ne doit pas prononcer le « p » ni le « s ».Il y a plein d’exemples comme haut, vœux, tabac…

Ceci n’est qu’une fine partie des difficultés de la langue française pour un étranger. Pour bien parler le français il est important de maîtriser cette langue sur le bout des doigts.

L’agence de traduction Tele World Linguistic Services réalise des travaux de traduction, d’interprétation, de localisation, transcription, de sous-titrage mais aussi de révision, grâce à nos meilleurs traducteurs, et vous garantit des travaux de grande qualité grâce à une parfaite maîtrise du français et de plus de 140 langues.